Le Fond du port

traducteur
Lazare Bitoun
ISBN : 978-2-36468-189-7
22 euros
140x210
256 pages
12/10/2017

Dedalus du Lower East Side, Joseph Mitchell a su peindre les rues du vieux Manhattan comme retranscrire la drôlerie désespérée de sublimes anonymes bringuebalant l’Histoire dont ils sont les héritiers. Chacun de ses caractères entonne tour à tour son aria : le patron d’un restaurant, le marin-pêcheur, l’ostréiculteur, le prêcheur composent l’oratorio d’une cité en perpétuel mouvement. La déambulation hasardeuse de l’arpenteur urbain est à l’image de ses digressions fulgurantes : imbriquées les unes dans les autres comme les blocks aux quartiers. Quand en 1960 paraît Le Fond du port, Joseph Mitchell a cinquante et un ans. Soutier du journalisme, il est devenu un auteur littéraire à part entière. L’attention au détail, le sens de la construction, la minutie obsessionnelle, il avait élevé le reportage au rang d’art et mêlé fiction et réalité avec une maestria inégalée. Inoubliable volume, Le Fond du port, tient autant de la chronique d’un temps révolu que de la collection littéraire, au sens d’un inventaire cabossé par la poésie des rues et des noms, Fulton Street, Louie Morino, M. Hunter comme autant de notes d’un blues du macadam.

“Voilà ce qu’aurait pu écrire Borges s’il avait été originaire de New York.” Martin Amis

‘‘Les autres livres de Joseph Mitchell – Le Merveilleux Saloon de McSorleyOld Mr. FloodLe Secret de Joe Gould – sont superbes, mais ils sont au Fond du port ce que Tom Sawyer et Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur sont à Huckleberry Finn.’’ Janet Malcolm

Du même auteur

Arrêtez de me casser les oreilles

Joseph Mitchell

« De temps en temps, quelqu’un lâche quelque chose de tellement inattendu que ça en devient magnifique », écrit Joseph Mitchell en préambule de ce recueil au titre teinté d’ironie. Récit choral des bas-fonds de New-York, publié à l’origine en 1938, Arrêtez de me casser les oreilles peint en une…

Old M. Flood

Joseph Mitchell

Comme souvent dans les récits de Joseph Mitchell, il ne se passe pas grande chose, sinon la rencontre entre les deux hommes, occasion d’un portrait de ce personnage excentrique – y compris à l’aune des critères de l’auteur, assez élevés en la matière. M. Flood se définit comme un « fruitdemerien »…
Lire aussi

Le Dernier Cow-Boy

Jane Kramer

1977. Henry Blonton a pourtant tout d’un vrai cow-boy : après une enfance passée aux côtés de deux grands-pères, vieux routiers du rodéo, suivie d’études avortées, à quarante ans il est désormais à la tête de quatre-vingt-dix mille acres, deux mille deux cents vaches et manie le lasso et le…

Le Motel du Voyeur

Gay Talese

Le 7 janvier 1980, Gay Talese reçoit à son domicile new-yorkais une lettre anonyme en provenance du Colorado. Le courrier débute ainsi : « Je crois être en possession d’informations importantes qui pourraient vous être utiles. » L’homme, Gerald Foos, confesse dans cette missive un secret glaçant : voyeur, il a acquis…
Ton père honoreras

Ton père honoreras

Gay Talese

Un mardi d’octobre 1964, un homme est enlevé. Il s’agit de Joseph Bonanno, alias “Joe Bananas”, parrain d’une famille de la mafia new-yorkaise. Ainsi commence l’enquête de Gay Talese. Fascinante plongée dans l’univers de
la Cosa Nostra, ce chef-d’œuvre du journalisme n’est ni un roman ni un livre d’histoire.