Le Fond du port

traducteur
Lazare Bitoun
ISBN : 978-2-36468-189-7
22 euros
140x210
256 pages
12/10/2017

Dedalus du Lower East Side, Joseph Mitchell a su peindre les rues du vieux Manhattan comme retranscrire la drôlerie désespérée de sublimes anonymes bringuebalant l’Histoire dont ils sont les héritiers. Chacun de ses caractères entonne tour à tour son aria : le patron d’un restaurant, le marin-pêcheur, l’ostréiculteur, le prêcheur composent l’oratorio d’une cité en perpétuel mouvement. La déambulation hasardeuse de l’arpenteur urbain est à l’image de ses digressions fulgurantes : imbriquées les unes dans les autres comme les blocks aux quartiers. Quand en 1960 paraît Le Fond du port, Joseph Mitchell a cinquante et un ans. Soutier du journalisme, il est devenu un auteur littéraire à part entière. L’attention au détail, le sens de la construction, la minutie obsessionnelle, il avait élevé le reportage au rang d’art et mêlé fiction et réalité avec une maestria inégalée. Inoubliable volume, Le Fond du port, tient autant de la chronique d’un temps révolu que de la collection littéraire, au sens d’un inventaire cabossé par la poésie des rues et des noms, Fulton Street, Louie Morino, M. Hunter comme autant de notes d’un blues du macadam.

“Voilà ce qu’aurait pu écrire Borges s’il avait été originaire de New York.” Martin Amis

‘‘Les autres livres de Joseph Mitchell – Le Merveilleux Saloon de McSorleyOld Mr. FloodLe Secret de Joe Gould – sont superbes, mais ils sont au Fond du port ce que Tom Sawyer et Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur sont à Huckleberry Finn.’’ Janet Malcolm