“Laissez-nous seuls, sans les livres, et nous serons perdus, abandonnés, nous ne saurons pas à quoi nous accrocher, à quoi nous retenir ; quoi aimer, quoi haïr, quoi respecter, quoi mépriser ?”
Fédor Dostoïevski, Les Carnets du sous-sol, traduction André Markowicz.

 

Du Sous-Sol :

Work In Progress

La rentrée littéraire sous le signe de la poésie du réel !

Tout art poétique digne de ce nom commence par la couleur. Les voyelles de Rimbaud, du I rouge au O bleu, la chanson grise de Verlaine ou le bleu fouillis des claires étoiles. Et c’est encore le bleu chez Maggie Nelson et le jaune chez Manuel Vilas.

        

COMPLETE WORK

Le Cavalier de Saint-Urbain dans une nouvelle traduction de Lori Saint-Martin et Paul Gagné.

 

 

Morceaux choisis
Chargement...
Random Biblio
Chargement...
La bibliothèque de ...
Chargement...