Nicolas
André

Je suis gaucher. Un faux gaucher, ambidextre, mais assez gaucher pour ne pas savoir sur quel pied sauter. Alors pour le football, le saut en longueur, le saut en hauteur, le jonglage ou le ping pong, je n’ai jamais su par où commencer. D’un coté tant mieux, comme ça j’ai plus de temps pour jouer de la guitare, faire du vélo, peindre et pratiquer le ukulélé. 

© D.R.

Bibliographie ssol

Mes Légionnaires

Mes Légionnaires

William Langewiesche

Le soldat a ses raisons que la Légion étrangère ne méconnaît pas. Les hommes qui viennent nourrir les rangs de ce corps de l’armée – poursuivis, bien souvent, par les fantômes du passé – y trouvent l’hospitalité qui, ailleurs, leur est refusée. Venus de tous horizons, ils font le choix,…
Un terrain dans un salon

Un terrain dans un salon

Bernard Comment

Tandis que les joueurs suisses iront au Brésil portés par une nouvelle génération issue de cette immigration pourtant si décriée au-delà des Alpes, Bernard Comment se souvient depuis le salon de coiffure de son enfance des grandes heures de la Nati. Sur les coupures de presse, sous les néons fatigués,…
Dementia pugilistica

Dementia pugilistica

Frédéric Roux

Comme toute industrie, la boxe se nourrit autant de ses champions que de ses perdants. Sparring partner, figurants, losers magnifiques, outsiders, tomato can, laissés-pour compte, une autre histoire du noble art se dessine à travers ses gueules cassées. “Seul sait vaincre celui qui ne gagne jamais”, écrit Fernando Pessoa. Sondant…
Farce hongroise à Cany-Barville

Farce hongroise à Cany-Barville

Louis Dumoulin

“Bonjour, je suis Zacharias. Je suis un joueur de la grande équipe de Hongrie. Je me suis enfui par la Tchécoslovaquie. Je voudrais jouer à Lille…”, ainsi commence à l’été 1954 l’incroyable histoire du faux footballeur, vrai immigré, Ladislav Fereb. “Le mensonge a les jambes courtes” nous apprend un proverbe…