Feuilleton Nº

19

Un amateur sur le ring

auteur
George Plimpton
traducteur
Anatole Pons

La boxe est un sport d’écrivains : gloires déchues et perdants magnifiques se bousculent dans ce face-à- face où la beauté tragique se fait pourvoyeuse de légendes. Rappelons que la boxe a donné à la littérature son lot de boxeurs-écrivains et de poètes-boxeurs, Hemingway et Ali en tête. Parmi eux, Arthur Cravan est tenu pour le seul écrivain à avoir croisé les gants avec un champion du monde de boxe. Or, c’est oublier le téméraire George Plimpton, défiant Archie Moore, après avoir acquis les rudiments du noble art… dans les livres ! Extrait de son ouvrage autobiographique inédit en français, Shadow Box, paru aux États-Unis en 1977.

Extrait

Je n’ai jamais compris la boxe. Quand j’étais enfant, si d’aventure ma famille me signalait un célèbre poids lourd au restaurant, je le dévisageais, évidemment, mais plus par curiosité que par admiration. C’était tout bonnement un art que je n’appréciais pas. À l’école, une fois par mois, on nous obligeait à boxer au gymnase : il fallait trouver un partenaire, attacher d’énormes gants à nos bras fluets. Puis, lorsque retentissait le coup de sifflet du maître, soulever péniblement ces monstrueux oreillers pour les projeter dans la tête du gars d’en face. C’était le pire moment du mois. Parfois, vous pouviez vous arranger avec votre adversaire. “On fait semblant”, murmuriez-vous nerveusement, et, s’il acquiesçait, les yeux écarquillés devant la témérité d’une telle suggestion, vous pouviez passez un moment à peu près supportable. Vous aviez alors le loisir d’envoyer un direct prodigieux, de louper la cible et de vous écrouler sur le parquet. Mais il y en avait beaucoup dans la classe – à peu près tout le monde, à y repenser – de qui vous ne pouviez espérer de tels accommodements. Cela se voyait à leurs yeux. L’idée de “faire semblant” y passait fugacement, mais disparaissait dès le coup de sifflet.

Ce texte a été traduit de l’anglais (États-Unis) par Anatole Pons. Il constitue les deux premiers chapitres de Shadow Box, oeuvre inédite en France de George Plimpton, paru aux États-Unis chez Putnam en 1977. Reprinted by the permission of Russell & Volkening as agents for the author.
© 1977 by George Plimpton