Feuilleton Nº

18

De mon intérêt pour la non-fiction

Le style de Gay Talese est reconnaissable entre tous. Dandy qui aime se présenter coiffé d’un fedora, il porte une attention tout aussi grande à la confection de ses phrases qu’à celle de ses costumes. À croire ce fils de tailleur calabrais, c’est dans le magasin tenu par ses parents, en écoutant les confidences que les clientes faisaient à sa mère, qu’est née sa vocation d’écrivain, son goût du détail et des bonnes manières. Ainsi, on n’interrompt jamais quelqu’un qui se livre. Prenons acte.

Extrait

Je dois à ma famille et à l’île où j’ai grandi le fait d’être devenu un Américain marginal, un outsider, un étranger dans mon propre pays. Si cela a pu contribuer à freiner mon assimilation
au sein de la majorité silencieuse, cela m’a également entraîné vers ce chemin de traverse, ô combien intéressant, que la plupart de ceux qui souhaitent devenir écrivain connaissent bien.
J’ai des racines italiennes. Je suis le fils d’un tailleur calabrais plein de bonnes manières mais sévère, et d’une mère italo-américaine aimable et entreprenante, qui dirigeait avec
succès le magasin de mode familial. J’ai été éduqué en bon catholique en plein pays protestant par des bonnes soeurs et des curés irlandais, dans une école paroissiale assez pauvre de l’île d’Ocean City, au large de la côte du New Jersey, où je suis né en 1932.

“De mon intérêt pour la non-fiction” est extrait du recueil de portraits et reportages Sinatra a un rhume, traduit de l’anglais (États-Unis) par Michel Cordillot et paru aux éditions du sous-sol en 2014.
© 2003 by Gay Talese. All rights reserved including the rights of reproduction in whole or in part in any form.
© Éditions du sous-sol, Paris, 2014, pour la traduction française.

Du même auteur

Sinatra a un rhume

Gay Talese

Nouvelle édition comprenant un texte inédit : “Comment j’ai écrit ‘Sinatra a un rhume.’ ” Au cours de l’hiver 1965, la rédaction du magazine Esquire demande à Gay Talese de réaliser un papier sur Frank Sinatra. Mais l’immense star, qui approche la cinquantaine, ne semble guère disposée à répondre à…

Le royaume et le pouvoir

Gay Talese

Au début des années 1960, Gay Talese parfait ses gammes de journaliste dans les colonnes du New York Times. Véritable institution américaine, le quotidien rayonne alors sur l’époque où l’on ne sait plus si c’est le monde qui fait l’actualité ou si c’est l’actualité qui fait le monde. À rebours…

Le Motel du Voyeur

Gay Talese

Le 7 janvier 1980, Gay Talese reçoit à son domicile new-yorkais une lettre anonyme en provenance du Colorado. Le courrier débute ainsi : « Je crois être en possession d’informations importantes qui pourraient vous être utiles. » L’homme, Gerald Foos, confesse dans cette missive un secret glaçant : voyeur, il a acquis…

Hemingway est parti sous d’autres cieux

Gay Talese

Les écrivains de la génération perdue ne sont plus que des fantômes hantant la capitale quand de jeunes Américains en exil, échoués dans les cafés de la rive gauche, entreprennent de succéder à leurs illustres prédécesseurs. En ce milieu du XXe siècle, ces personnes bien nées et bardées de diplômes…
Ton père honoreras

Ton père honoreras

Gay Talese

Un mardi d’octobre 1964, un homme est enlevé. Il s’agit de Joseph Bonanno, alias “Joe Bananas”, parrain d’une famille de la mafia new-yorkaise. Ainsi commence l’enquête de Gay Talese. Fascinante plongée dans l’univers de
la Cosa Nostra, ce chef-d’œuvre du journalisme n’est ni un roman ni un livre d’histoire.